Les mauvais Black Hat SEO font-ils du mal au SEO ?

Mathieu Chartier SEO 2 commentaires

Pénalité Google contre les Black Hat SEO

Le Black Hat SEO est une branche particulière dans le monde du référencement tant les techniques utilisées sont à la limite du tolérable (voire dépassent parfois les bornes), mais il faut reconnaître que tous les pratiquants ont souvent apporté beaucoup à la communauté et au métier. Par leurs analyses poussées, par leurs techniques et par leurs tests, les Black Hat SEO ont souvent mis en avant les limites des algorithmes des moteurs de recherche comme Google.

Partant de ce constat, et ayant moi-même présenté des exemples de codes pour faire du cloaking dans mes livres ou sur ce blog, il faut bien admettre que les "chapeaux noirs" du référencement sont importants pour faire avancer les choses, et indirectement pour faire progresser les moteurs de recherche. En revanche, j'ai appris à mes dépens qu'il semble tout bonnement interdit d'émettre la moindre critique sur les référenceurs aux pratiques plus que douteuses (pas du Black Hat pour faire avancer les choses si vous comprenez où je veux en venir...). Faisons un petit rappel des faits qui m'ont amené à rédiger ce billet, puis tentons de voir qui fait le mal en SEO...

Le prisme de la délation

J'ai eu l'audace de faire un tweet à deux googlers concernant un site aux pratiques plus que borderline sur Twitter, en mentionnant une URL en exemple pour illustrer mon propos, et surtout mes demandes à venir. Je souhaitais poser des questions sur les limites algorithmiques de Google en interrogeant les premiers concernés, et j'ai donc mis un exemple neutre pour avoir des retours.

Pour ceux qui n'ont pas suivi ce psycho-drame sur Twitter, il faut savoir que j'ai mentionné une URL d'un site aux pratiques relativement douteuses en matière de SEO (et pas pour faire avancer la science, j'insiste...), sachant que j'avais préalablement pris soin de vérifier que personne ne serait directement incriminée. Nous ne manquons pas d'exemples sur la Toile donc il était assez simple de trouver un site "anonyme". Rappelons d'ailleurs au passage que les mentions légales sont obligatoires sur un site web en France, mais le site en question n'en avait pas, il est donc en parfaite illégalité (mais cela n'a choqué personne à priori...). Bref, je n'aurais pas dû cité une URL directement comme ça malgré l'anonymat, c'est là mon erreur et pour le coup, je m'en excuse encore car je n'avais pas vu le mal là-dedans.

Derrière ce tweet qui était anodin dans mon esprit, je me suis pris une déferlante de critiques de la part d'autres Black Hat SEO (il y a de l'entraide, c'est normal) mais aussi des remarques de référenceurs avec qui je m'entends très bien (c'est leur bienveillance naturelle qui m'a fait remarquer mon erreur et réagir en conséquence). Avant de parler du sujet de fond (passez à la section suivante si vous le désirez), je tiens à faire une petite mise au point qui aura pour mérite d'être franche, car voici des exemples de critiques que l'on m'a fait :

  • Mathieu est un délateur => Euh non... J'ai pris soin de citer un site anonyme (l'erreur porte sur l'URL en revanche, j'en conviens) qui est dans l'illégalité et qui nuit à d'autres par ces pratiques douteuses (au même titre que n'importe quelle arnaque digne de ce nom, même si c'est moins gênant ici bien entendu). Et d'ailleurs, en me mentionnant comme délateur, cela fait de vous des délateurs par la même occasion. Au moins on est quitte ! ^^
  • Si on était en 40, je ne te voudrais pas comme voisin => J'avoue avoir adoré cette critique. Je mentionne une URL d'un contrevenant, et on me compare aux pires collabos de la 2nde guerre mondiale. Je ne sais pas trop quoi répondre à ce sujet, car j'ose imaginer que les premiers collabos seraient sûrement ceux qui critiquent tout le monde à tout-va. Comme je n'ai pas vécu la guerre, je ne peux pas du tout dire comment je réagirais dans cette situation. En revanche, je n'ai jamais fait de spam report comme certains, donc je me sens plutôt bien dans mes bottes.
  • Si tu faisais mieux que ce site, tu ne t'en plaindrais pas => Faux, et même totalement faux. J'ai découvert le site en question en testant quelques requêtes concurrentielles, et sur deux requêtes, le site était devant le mien de 2/3 positions en première page (ça va, on a connu pire non ?). Comme je ne le connaissais pas contrairement aux autres sites, et que ce dernier vient de sortir de terre comme par enchantement, je suis curieusement allé le voir. C'est là que j'ai découvert les pratiques utilisées, qui m'a donné envie de poser la question sur les aberrations algorithmiques aux googlers, sachant que le site était "anonyme" (sinon je ne l'aurais pas cité, je ne suis pas taré à ce point). Quel référenceur est premier sur toutes les requêtes ? Quel SEO peut se vanter de ne jamais être dépassé par un Black Hat ? Je pense que nous avons tous la réponse, alors m'attaquer sur le fait qu'un site aux pratiques douteuses me dépassent de quelques rares places sur deux requêtes, c'est assez cocasse. :-)

Le comble dans tout cela, c'est que de nos jours, plus personne n'hésite à mentionner des personnes, des entreprises ou des marques quand quelque chose "choque" les usagers des réseaux sociaux. Quand on voit le nombre de polémiques créées pour rien et parfois à tort, avec des conséquences bien plus graves que mon tweet, je trouve ça fou. Prenons l'exemple de la polémique sur une publicité de Dove, qui a été détournée (la pub a été remontée différemment par un Twittos qui a créé une polémique par ce biais). Dove a dû faire des excuses publiques, retirer la publicité originale (qui ne pose pas vraiment de problème dans cette version), et a certainement perdu nombre de clients et d'argent dans cette histoire (sans parler de partenaires, etc.). Qui s'est offusqué de cela ? Pas grand monde à priori, et pourtant, la marque a clairement été citée. Dans mon cas, j'ai juste cité une URL d'un anonyme aux pratiques illégales (pas de mentions légales) et douteuses (les sur-optimisations, pour dire ça de manière gentille) et j'en prends plein la gueule. Merci pour le deux poids deux mesures... ;-)

Bilan de cette histoire, vous m'avez rendu compte de ma petite erreur, à savoir de mentionner une URL directement, et je ferai plus attention à l'avenir (cela ne veut pas dire que je ne ferai pas d'autres erreurs, je reste humain et un peu candide par moment, pensant que le monde est bienveillant...). Je tiens tout de même à rappeler qu'en tant que grand méchant délateur du SEO, je suis assez idiot pour perdre mon temps bénévolement à rédiger des centaines d'articles, des livres, des codes (que je donne librement...) et à faire quelques conférences quand on veut bien de moi sur les événements du milieu. Je pense faire ma part et donner suffisamment, là où certaines personnes qui m'ont critiqué n'ont sûrement jamais rien donné à la communauté. Cela n'excuse pas ma faute, mais il faut savoir remettre les choses dans l'ordre également, il me semble plus logique d'en vouloir à un site aux pratiques douteuses qu'à un mec qui donne beaucoup et qui a par erreur critiqué le fameux site...

Qui fait le mal en SEO ?

Venons en au sujet principal en traitant du Black Hat SEO. Loin de moi l'envie de juger si c'est bien ou mal, car comme je l'ai indiqué en préambule de cet article, les puristes ont souvent apporté beaucoup à la communauté. Nous devons au moins leur reconnaître ces qualités, et leur savoir-faire n'est plus à démontrer. En revanche, demandons-nous qui fait le plus de mal en SEO de manière concrète...

Si nous sommes totalement objectifs, voilà comment nous pourrions qualifier les trois types de référenceurs :

  • Les White Hat SEO (en gros les personnes qui ne savent pas que le SEO existe...) ne font pas de mal. Par leurs pratiques neutres et sans arrières-pensées, ils permettent aux moteurs de recherche d'engranger des données et de peaufiner les algorithmes tranquillement.
  • Les Grey Hat SEO (la majorité des référenceurs qui jouent avec les critères et les optimisations en référencement) profitent du système et tentent de se faire une place au soleil. Leur pratique est parfois abusive (sur-optimisation) et permet aux moteurs comme Google de trouver des failles dans les algorithmes pour les améliorer. Mais dans l'ensemble, cela reste des référenceurs qui jouent avec les critères existants (et parfois mentionnés par les guidelines ou les googlers...) en évitant d'abuser, et en tentant de rédiger les meilleurs contenus possibles.
  • Les Black Hat SEO (les référenceurs qui vont au bout des choses, si on peut le dire ainsi) vont pousser le bouchon pour trouver de nouvelles techniques qui contournent les algorithmes. Leur pratique fait avancer les choses en général, avec son lot de réussites et d'échecs. Une petite partie d'entre eux ne le fait pas pour la science mais uniquement pour le business, quitte à détruire des entreprises viables et des personnes méritantes. C'est le jeu me direz-vous, mais nous sommes en droit d'émettre des critiques sur ces pratiques frauduleuses qui ne sont utilisées que pour faire de l'argent sur le dos de personnes honnêtes (on est proche de la définition du mot "escroquerie" dans ce cas précis...).

Sans faire de mauvais jeu de mots, on peut se demander qui doit porter le chapeau en ce qui concerne les évolutions algorithmiques des dernières années. Pensez-vous sincèrement que l'on doit à Google Panda ou un Google Penguin (pour ne citer qu'eux...) aux White Hat SEO, voire même aux Grey Hat SEO ? Non pas que les Black Hat SEO sont le Mal, leurs agissements impliquent des conséquences quand ils deviennent abusifs, et c'est toute la communauté qui en pâtit. Il est clair et net que la majorité des freins que nous connaissons en SEO n'auraient pas vu le jour sans les abus d'une infime partie des pratiquants (pour faire un parallèle avec la sécurité routière, c'est aussi parce que certains ne respectent rien sur les routes que nous devons tous supporter des radars et 80 km/h presque partout, ce n'est pas uniquement de la faute des gouvernants...).

Lors de ma dérouillée sur Twitter, certains ont émis des reproches au fait que Google se devait de présenter les bons résultats, et donc que c'est de sa faute si les référenceurs frauduleux arrivent à obtenir de bons positionnements. C'est en grande partie vrai, mais c'est omettre aussi un autre détail non négligeable : les guidelines du moteur...

Nous utilisons un service (Google dans l'exemple) qui a fixé des règles (les guidelines). Bien que ces règles de bon usage puissent manquer de précisions par moment, elles sont édictées et nous devons les respecter en tant qu'utilisateur, que ça nous déplaise ou non. C'est la même chose que dans n'importe quel lieu privé, non ? En outrepassant ces règles, le fautif est-il Google ou le Black Hat ? Les réponses sont multiples, mais il me semble majeur de ne pas retourner entièrement le problème sur les moteurs de recherche. Qui n'a pas connu la belle époque des balises meta de description ou keywords qui permettaient de ranker facilement ? Après que de nombreux SEO aient abusé de la technique, les moteurs ont décidé d'ignorer et de ne plus qualifier ces balises, on en a tous pâtit, et ce n'est pas de la faute des moteurs de recherche, mais bel et bien des référenceurs qui sont allés trop loin (on peut tous se mettre dedans pour l'exemple cité ^^).

Pour caricaturer un peu le sujet, et le rendre plus léger, prenons l'exemple d'un voleur/agresseur dans une rue. Le gouvernement a fait son travail, il a édicté des lois et il est clairement établi que l'on ne peut pas voler ou agresser quelqu'un dans la rue (si, si, même quand ça démange ^^), nous devons donc respecter cet état de fait. Si quelqu'un se fait menacer (ou agresser) puis voler dans la rue, qui tiendrez-vous pour responsable ? Certains diront que c'est l'État qui est incapable de bien faire son travail pour empêcher cela, d'autres diront que c'est avant l'agresseur le fautif. La vérité est certainement un peu entre les deux, mais l'agresseur reste le premier fautif, car c'est lui qui outrepasse des règles pré-établies (nul n'est censé ignorer la loi...).

C'est exactement la même chose avec le SEO. Google ne peut pas être partout et c'est mal connaître la programmation de croire que tout peut se régler d'un coup de baguette magique. Les moteurs de recherche ont donc édicté des règles pour se prémunir contre de mauvaises pratiques, et nul n'est censé les ignorer. Certains en abusent et les outrepassent à des fins néfastes pour les utilisateurs (tromper l'algorithme revient à tromper l'utilisateur dans l'esprit d'un moteur de recherche), donc les moteurs agissent en conséquence, mais il y a toujours une latitude ou des angles morts qui laissent place aux escrocs (à l'instar de certains coins de rue peu surveillés par la police...). Certes Google devraient couvrir davantage ces défauts algorithmiques, mais le premier coupable reste celui qui utilisent des pratiques interdites ou non cautionnés par le service utilisé (ici un moteur de recherche). Vous pourrez me le dire dans toutes les langues, j'ai du mal à voir le problème différemment, bien que je reste ouvert au débat dans les commentaires...

Conclusion : les Black Hat SEO sont-ils néfastes ?

Non pour la majeure partie d'entre eux, mais il serait naïf de penser que ce sont des modèles à suivre dans certains cas. Nous avons TOUS subi les conséquences des actes de certains contrevenants aux règles, et ce n'est pas plus tolérable que les aberrations algorithmiques des moteurs de recherche. Je vais tout de même un peu dans le sens des critiques contre les moteurs de recherche car des sociétés comme Google devraient sûrement être plus claires sur certaines pratiques ou tout simplement être plus réactives quand des pratiques limites arrivent à fonctionner. Sur ce point, il est difficile de pardonner tout aux moteurs...

Finalement, je me dis que mon tweet à priori terrible a permis au moins d'ouvrir le débat sur ce sujet. J'ai choisi mon camp, et même si j'éviterai de commettre à nouveau l'erreur de publier une URL d'un tricheur sur Twitter, je persisterai à défendre les règles et les intérêts généraux. Ce n'est pas à une infime partie des Black Hat SEO de faire les règles, mais bel et bien aux détenteurs des moteurs de recherche, n'inversons pas l'ordre des choses.

C'est un comble de se rendre compte qu'en matière de SEO, on préfère défendre l'indéfendable plutôt que les sites qui font les choses dans les règles, le plus proprement possible (nul n'est parfait, on fait tous des erreurs) et avec la plus grande honnêteté possible. Là où on n'hésite pas à critiquer les malfaisants dans bien des domaines, j'ai appris à mes dépens qu'il était impossible de critiquer les mauvais Black Hat SEO. J'ai retenu la leçon, rassurez-vous, mais ça n'en fera pas moins des tricheurs qui vont entraîner des mises à jour algorithmiques que nous allons tous prendre en pleine figure (et qui feront se plaindre ces mêmes tricheurs d'ailleurs, comme à l'époque de Panda ou Penguin...).

Peut-être pourrais-je vous sembler fou de dire cela, mais je m'en moque éperdument, je suis droit dans mes bottes et mon raisonnement ne me semble pas incohérent (sauf preuves du contraire). J'en ai assez de voir le web que j'aime être pollué par des arnaqueurs, des mauvais sites, des polémistes qui ne balayent jamais devant leur propre porte, des publicités mensongères... Tout cela nous concerne tous et ce n'est pas aux honnêtes utilisateurs et entreprises d'être pris à partie ou d'être considérés comme les méchants quand ce n'est pas le cas. J'espère avoir pu ouvrir le débat et être assez clair et transparent sur ma position.

Si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez aussi venir me le dire en face quand on se croise sur des événements SEO. Je suis quelqu'un de franc et je n'ai pas peur des débats, donc n'hésitez pas à l'occasion, c'est comme cela que l'on s'enrichit intellectuellement aussi !